"Je l'aimais " : un roman d'Anna Gavalda

17:54

Aujourd'hui, petit retour en douceur avec un nouvel article lecture et pour terminer ce mois de novembre, je vais vous parler du roman d'Anna Gavalada "Je l'aimais". Je tente l'expérience une deuxième fois, à savoir : vous donner mon avis sur un livre ! Alors c'est sans plus attendre que je vous laisse découvrir mon avis sur ce roman !

Pensée Ordinaire

Pensée Ordinaire

UNE LONGUE NOUVELLE

Chloé est désemparée, accablée, inconsolable. Adrien, son mari vient de la quitter pour une autre, plus jeune. Elle se retrouve désormais seule avec leurs deux filles. Pierre, son beau-père, un homme plutôt bourru avec qui elle n’a jamais vraiment entretenu de liens décide alors de les emmener dans la maison de campagne familiale, histoire de leur changer les idées. Peu à peu va s’instaurer entre eux un long dialogue, une sorte de huis clos dans lequel Pierre va ouvertement se livrer, se confesser. Il va avouer ainsi avoir autrefois aimé passionnément une certaine Mathilde mais qu’il n’a jamais osé tout quitter pour elle, sûrement par lâcheté, par respect des convenances. Son fils, Adrien, a eu le courage de le faire et il comprend quelque part son attitude.

Evidemment on est touché par ce qui arrive à Chloé. On prend fait et cause pour elle et on se dit qu’Adrien n’est en fait qu’un sale goujat. Comment peut-on quitter ainsi sa femme et ses enfants ? Comment peut-on faire ainsi souffrir quelqu’un, détruire une relation qu’on a mis tant de temps à bâtir ? Et puis en y réfléchissant un peu on se demande : a-t-on vraiment le droit d’obliger quelqu’un à rester alors qu’il ne vous aime plus ? A-t-on le droit de rendre quelqu’un encore plus malheureux qu’il ne l’est déjà ? Vu de l’extérieur les deux points de vue se tiennent mais quand on est au cœur du sujet, qu’en est-il réellement ? Cette histoire nous touche forcément car n’importe qui peut un jour être amené à vivre pareille situation. Certes ce n’est pas de la grande littérature et on pourra reprocher la simplicité de l’écriture de l'auteure mais c’est justement parce qu'Anna Gavalda emploie des mots qui ressemblent tellement aux mots qu’on pourrait, nous aussi, utiliser qu’on s’identifie facilement aux personnages et qu’on vit l’histoire comme on la lit.

Pensée Ordinaire

Pensée Ordinaire

J'ai parfois un peu perdu le fil de l'histoire pour le retrouver très vite quelques pages plus tard. Personnellement, je n'ai pas accroché des masses, car au fond un peu trop creux pour moi et beaucoup trop court. Parfait si on a une heure à tuer. Ce n'est pas un chef-d'oeuvre mais ça regorge de bonnes idées et du style pour en faire un. La fin est un peu rapide je trouve ; car à peine eu le temps de découvrir Pierre, Adrien, Chloé et les filles qu'on les quitte déjà. De plus je qualifierais plus ce livre de nouvelle que de roman car je le trouve très court mais ce n'est peut-être que mon impression. En tout cas en lisant ce livre j'ai eu envie de découvrir plus en détail cette auteure qu'est Madame Anna Gavalda.

Pensée Ordinaire

Vous pourriez aussi aimer

0 commentaires

À PROPOS

Delphine, 27 ans, maman, motarde, bassiste, apprentie guitariste et totalement accro aux tatouages. Chef de projets dans l'industrie nucléaire. Lire plus...

Me contacter ?

Hebergeur d'image
Pour un joli projet, une question ou un mot doux : penseeordinaire@gmail.com